1

Comment un site web m’a rapporté 10.000 euros … en une fois !

Je suis sûre que le titre de cet article a éveillé votre curiosité.

Le titre n’est pourtant pas exagéré. Vous allez pouvoir en juger par vous-même. Je vais en effet vous livrer toutes les étapes qui m’ont permis de toucher 10 000 euros en une fois grâce à un seul site.

Je tiens à le préciser tout de suite, j’ai pu gagner cette somme, mais pas en faisant de la vente de produits numérique ou de l’affiliation. Ce n’est pas non plus en faisant de la publicité Google.

Le secret, c’est plutôt …

Un peu de patience 🙂

 

Phase 0 : Au commencement, un site web qui répond à un besoin…

 

Quel que soit le site web, sa forme ou sa thématique, pour pouvoir espérer le monétiser, il faut répondre à un besoin.

C’est une règle d’or. Vous ne réussirez pas à monétiser votre site web s’il ne répond pas à un besoin.

Message important : La manière de le monétiser peut varier, l’objectif de cet article, c’est justement de vous montrer une des manières de pouvoir le faire.

Vous avez aimé ce que vous avez lu ?

Ne ratez pas les prochains articles !

En attendant, permettez-moi de reprendre l’histoire depuis le début.

La scène se passe il y a quelques années. Nous étions en train de discuter avec des amis lors d’une soirée. L’un d’entre eux a fait justement remarquer qu’il n’existait pas de sites web qui reprenait les bons plans de sorties dans la ville ou nous étions.

J’avais déjà une grosse expérience en termes de création de sites web, j’ai tout de suite vu une idée qui a du potentiel, et donc à creuser.

L’ami en question et moi-même avons donc décidé de lancer ce projet ensemble. C’était son idée, et je savais comment la transformer en quelque chose de concret.

Est-ce que notre site web répondait à un besoin ? La réponse est un grand oui. C’est le premier check à effectuer avant d’aller plus loin.

J’ai consacré un article concernant le sujet « Travailler avec un ami ». Ce n’est pas de tout repos 🙂

 

Phase 1 : Quelques recherches, histoire de bien comprendre l’environement

 

2ème règle clé lorsqu’il s’agit de marketing : comprendre son environnement.

Cette compréhension est en effet quelque chose d’indispensable avant de pouvoir se lancer. Cela permet de connaitre, comprendre ses clients, mais pas seulement. Cette phase permet aussi de comprendre ses concurrents, de connaître tout autre site web influant dans le domaine.

Dans l’exemple du jour, nous avons pu confirmer suite à cette phase que :

  • Il n’y avait pas d’autres sites entrant dans cette catégorie directement.
  • Il y avait de la demande sur Google.
  • Des sites similaires dans des thématiques proches avaient des bannières publicitaires d’annonceurs (je reviendrai sur cette partie un peu plus tard).

Avec cette phase achevée, nous étions prêts à mettre en place et à lancer notre site web.

 

Phase 1 : Mettre en place le site …

 

Un site web ne coûte pas grand-chose en termes de dépenses. Pour mettre en place ce site web, nous avons investi dans :

  • Un nom de domaine et un hébergement. Cela coûte une centaine d’euros par an chez Godaddy.
  • Un thème WordPress. 70 euros, si j’ai bonne mémoire.
  • Un programmateur pour faire les dernières adaptations. Cela nous a coûté 200 euros.
  • J’avais déjà mon auto-répondeur chez Aweber.
  • Nous avions fait appel à une amie pour faire office de webmaster/ community manager à temps partiel.

Et voilà, c’est tout. Ce n’est pas la phase la plus compliquée du projet. Dirait l’autre : « ce n’est pas la ruine » 🙂

 

Phase 2 : Faire connaître le site web : merci Facebook 🙂

 

Au-delà des dépenses qui étaient liées à la mise en place du site en lui-même, notre challenge était de le faire connaître… massivement.

Rien de mieux que Facebook pour atteindre cet objectif.

Nous avons investi sur plusieurs campagnes Facebook. De mémoire, nous avions dû investir aux alentours de 2000 euros.

Nous y sommes allés progressivement. Quelques dizaines d’euros par jour.

Cela nous a coûté beaucoup d’argent, mais nous avons réussi à avoir beaucoup de fans sur notre page Facebook. De cette manière, nous pouvions réorienter nos fans vers notre site web et augmenter ainsi son trafic.

L’avantage avec Facebook, c’est le potentiel viral des publications. Si nous publiions quelque chose d’intéressant, cela était immédiatement partagé et nous avions de nouveaux fans.

Nous avons organisé beaucoup de concours. Cela a énormément aidé à nous faire connaître.

Nous avions atteint en quelques mois les 100 000 abonnés. C’était impressionnant !

Notre site était vivant. Et il avait réussi à se faire connaître très rapidement.

 

Phase 3 : Démarcher les clients pour monétiser le site.

 

Nous avions beaucoup de trafic sur notre site grâce à plusieurs choses :

  • Les publications d’articles quotidiennes que nous avions.
    • Nous les partagions via Facebook.
    • Elles nous permettaient d’avoir du trafic en provenance de Google.
  • La newsletter qui partageait nos publications d’une manière automatique.

Nous pouvions donc passer à la phase monétisation.

La particularité de ce projet est que nous ne ciblions pas nos visiteurs, mais des annonceurs publicitaires !

Je vous en dis plus.

Le site que nous avions lancé concernait une cible bien particulière. Nous savions que notre site touchait les jeunes « dynamiques » entre 20 et 35 ans. C’est ce que nous disait notre page Facebook. Et oui, Facebook permet d’avoir ce genre d’information.

Nous avons commencé à démarcher des entreprises qui avaient une cible proche des personnes que nous parvenions à atteindre. Ces entreprises avaient l’habitude de commander des bannières publicitaires.

Quand je dis démarcher, ce n’est pas une manière de parler. C’était des appels téléphoniques et des réunions organisées. Nous sommes sortis du cadre purement virtuel.

J’avais une présentation qui expliquait :

  • Qui nous étions.
  • Comment avait évolué le trafic de notre site et celui de notre page Facebook.
  • Qui étaient nos visiteurs et pourquoi est-ce qu’ils correspondaient à la cible de l’entreprise que nous visitions.
  • Quelle était notre offre.

J’avais lu pas mal de choses qui expliquaient comment mettre en avant une offre sur Internet. Notre système était assez bien fait. Nous proposions :

  • La location d’espace publicitaire pour un mois.
  • Nous proposions la location d’un espace publicitaire sur trois mois.
  • Et enfin, la location d’un espace publicitaire sur un an !

La troisième offre étant, bien sûr, la plus intéressante.

Bingo !

Cela n’a pas été simple. Loin de là ! Cela a même demandé des mois de travail acharné.

Après avoir démarché directement ou indirectement une bonne cinquantaine d’entreprises, bingo ! Une entreprise automobile a décidé d’investir dans 2 bannières publicitaires… à l’année !

Nous avons donc signé avec elle un contrat d’un montant de près de 10 000 euros. Vous vous rendez compte ? 10 000 euros en une fois !

Nous avions rentabilisé tous nos investissements en une fois et avions de nouvelles ressources financières !

Nous pouvions donc :

  • Travailler sur le recrutement de nouveaux clients pour le site en question. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin.
  • Lancer de nouveaux services sur notre sites web (les possibilités étaient nombreuses).
  • Développer d’autres sites web.

Nous n’avions plus de raisons de nous en faire. Notre site tournait bien et nous savions que nous avions gagné de l’argent grâce à lui.

Pour être complet, il fallait facturer l’entreprise en question sur une base mensuelle et faire le suivi du recouvrement, mais ce n’était pas vraiment difficile.

Il faut voir l’exemple que j’ai partagé avez-vous sur deux niveaux :

  1. Nous répondions aux besoins des habitants de la ville via un site web.
  2. Le trafic de ce site web constituait pour nous un produit à promouvoir pour notre véritable cible, les annonceurs !

Le préalable…

 

Avant de nous lancer dans cette aventure, nous avions pris le temps de vérifier si il y avait de la demande pour notre produit, à savoir … un espace publicitaire.

Effectivement, c’était le cas. Nous avions pu constater qu’il existait une cinquantaine d’entreprises dans notre réunion qui avaient recours plus ou moins fréquemment à ce type d’annonces.

Ce qu’il faut retenir …

Si vous voulez gagner de l’argent sur le web, vous devez comprendre deux choses importantes :

  1. Gagner de l’argent en ligne ne passe pas que par le blogging. Il y a de nombreux business modèles en ligne qui ont des avantages et des inconvénients. Ce que je présente ici n’est qu’une possibilité qui a fonctionné dans un contexte précis.
  2. Dans web marketing, il y marketing. Ce point mérite d’être détaillé.

Toute démarche entrepreneuriale, qu’elle soit sur le web ou en dehors, passe par les mêmes phases :

  • Avoir un marché cible qui a l’habitude de dépenser et l’étudier.
  • Avoir une offre qui apportera une réelle valeur ajoutée et qui soit adaptée à son environnement.
  • Savoir atteindre sa cible et lui présenter une offre.

Le business model n’est qu’une conséquence de l’opportunité marché.

Vous savez tout. A vous de jouer maintenant les amis 🙂

nassim
 

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
Xavier - octobre 30, 2017

Salut Nassim et merci pour ce partage.

En fait, c’est quelque chose auquel on n’y pense pas très souvent, mais la vente directe d’espace publicitaire sur un site qui reçois déjà pas mal de trafic peut-être vraiment rentable.

En fait, je comptait mettre en place un truc du genre sur mon site  » http://loidelattraction-bonheur.com »

As-tu quelques conseils à me donner sur ce plan?

Amicalement,
Xavier
Auteur du club  » Business Succès »
http://bonheur-viral.com/business/club-business-succes/

Reply

Leave a Reply:

%d blogueurs aiment cette page :