Vendre des prestations sur Internet – Interview de Rudy Viard

Bonjour tout le monde. Aujourd’hui, j’ai l’immense plaisir d’accueillir «Rudy Viard» de webmarketing-conseil.fr dans cette interview.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Rudy est consultant en webmarketing avec un blog ultra complet dans le domaine. Vraiment.

Dans cet interview vous allez découvrir

  • Comment et pourquoi Rudy Viard s’est lancé sur le web ?
  • Les raisons du succès de webmarketing-conseil.fr ?
  • Comment Rudy Viard génère des revenus sur Internet.
  • À quoi ressemble la vie d’un consultant
  • Les conseils de Rudy pour ceux qui souhaitent se lancer
  • Les 2 stratégies de conversion de visiteurs en abonnés
  • L’approche diffère en termes de ventes.
  • Son plus grand succès et plus grosse bourde
  • Les outils qu’il recommande.

Meilleurs articles de Rudy

Liens cités dans l’interview

Outils cités dans l’interview

 

Interview — Retranscription

 

NASSIM AMISSE

Rudy, je tenais à te remercier d’avoir accepté l’idée. Je t’ai contacté parce que j’avais fait pas mal de recherche sur le web pour voir qu’elles étaient les personnes qui arriver réellement à apporter de la valeur ajoutée en termes de conseils et d’information Webmarketing. Je m’intéressais particulièrement aux personnes qui ont réussi et qui sont arrivées à faire de leurs activités liées aux web leur métier à temps plein.

Personnellement je connais un peu les grandes lignes concernant ton parcours, mais pour les personnes qui nous liront, peux-tu reprendre un peu d’où tu viens, ce que tu as fait, et où est-ce que tu en es aujourd’hui ?

RUDY VIARD

Je m’appelle Rudy Viard et j’ai créé le site webmarketing-conseil.fr. Je ne viens pas du tout du domaine du marketing. J’ai commencé par un stage en fait dans une association à financement parapublic ; un mix entre financement public et privé.

Ma mission consistait à développer les PME innovantes en île de France. Je suis rentré comme stagiaire, puis, petit à petit, à travers des opportunités, je suis arrivé, entre guillemets, à la responsabilité de la communication de cette association qui comptait 5 employés.

Vous avez aimé ce que vous avez lu ?

Ne ratez pas les prochains articles !

Je suis tombé sur les CMS comme Drupal, Joomla ou encore le leader que l’on connaît tous du nom de WordPress.

De fil en aiguille, j’ai été attiré par le monde de la start-up, j’ai décidé donc de me lancer parce qu’il y a eu une opportunité dans une petite start-up qui s’appelait « Screen toaster ». Ils avaient besoin d’un gars motivé.

Je devais avoir 25 ou 26 ans quand j’ai intégré cette entreprise et puis je suis tombé sur la « bonne pioche ». C’était un service de screencast en ligne qui permettait de capturer en vidéo ce qui se passe sur son écran. Ça cartonnait. On a eu énormément de publications de TechCrunch, Mashable et Business insider.

C’était vraiment inespéré, du coup ça m’a vraiment captivé le fait de voir qu’il y avait des blogueurs qui pouvaient vivre de leur activité et puis tous simplement vivre de leur passion qui était d’écrire.

Donc à l’issue de cela, j’ai lancé ma propre start-up qui s’appelait « Airsoft Squared » qui était un réseau social pour les fans de « Airsoft », un jeu qui ressemble un peu au paintball. À l’époque, cela faisait deux ou trois ans que Facebook existait et donc on a lancé le site qui était en quelque sorte un mélange entre Google maps, Facebook et même Pinterest.

Cela a plutôt bien marché, on a atteint 360 000 fans sur Facebook. 30 000 ou 40 000 sur notre réseau social, mais on n’a jamais atteint la masse critique qui aurait pu nous permettre de tirer un revenu de ce site, on l’a laissé vivre, il est encore vivant aujourd’hui.

Après avoir fait un petit peu de conseil sur Bordeaux, je suis reparti sur Paris et j’ai travaillé en agence chez « Mediabrands » à l’époque.

Ensuite, j’ai pris la responsabilité du marketing et de la com d’une grosse start-up qui s’appelle Xooloo qui fait dans la protection des enfants sur Internet, avec des solutions de protections de tablette, mobile et de navigateur.

Et puis j’ai lancé en parallèle le site webmarketing-conseil.fr. À la base, c’était simplement une histoire de passion et l’envie d’expérimenter. Le blog a commencé à grossir et lorsque j’ai dépassé les 50 000 visiteurs par mois, j’ai décidé donc de m’y consacrer et de me lancer voilà.

 

NASSIM AMISSE

Eh bien, c’est un sacré parcours avant d’arriver à ton site. Parlons maintenant de ton blog qui était expérimental il y a quelques années et qui connaît un gros succès maintenant. Quel est le concept derrière ? Qu’est-ce qu’on trouve dedans comme information ? Quelle est sa valeur ajoutée ?

 

RUDY VIARD

Ce sont essentiellement des tutoriels et des guides qui permettent de répliquer pas à pas des techniques, que j’utilise pour mon propre site et pour mon propre business. Donc cela va concerner :

  • La définition de votre stratégie sur Internet pour attirer les clients
  • La génération de trafic : comment augmenter l’audience de votre site grâce aux différents leviers (référencement, réseaux sociaux, publicité…)
  • Les techniques de génération et de qualification de prospects en B2B notamment à travers les tunnels de conversion qui consistent à chauffer les prospects jusqu’à ce qu’ils aient envie de prendre contact avec vous et plus simplement d’acheter en ligne

Je pense que c’est les trois grands axes de mon blog.

 

NASSIM AMISSE

Je suis un peu curieux, des blogs qui traitent de ces thématiques, il y en a quand même des tonnes sur le web aujourd’hui, le tien sort du lot particulièrement. Comment est-ce que tu expliques un peu son succès et donc ton succès ? Qu’as-tu de plus ? Dis-nous tout…

 

RUDY VIARD

J’ai l’ancienneté pour moi. J’ai commencé par faire des guides et des tutoriels. Ce qui désormais porte un nom : l’inbound marketing.

J’ai commencé vraiment de manière naïve. J’avais envie de partager des conseils et le résultat de mes expériences.

C’est en voyant que, parmi tous mes articles, ce sont ces guides qui avaient de plus en plus de succès, que j’ai amplifié mes premiers succès.

Maintenant, qu’est-ce qui fait la différence aujourd’hui ? Je pense que c’est l’historique.

C’est ce dernier paramètre qui fait que j’attire quand même plus d’audience pour un contenu similaire publié chez quelqu’un d’autre.

Après j’essaye quand même de faire l’effort d’être sur des contenus très détaillés qui donnent quasiment 90 pour cent des astuces pour y arriver seul.

Donc j’essaye d’éduquer des personnes qui souhaitent s’y prendre seules et si elles n’y arrivent pas, alors là elles font appel à moi pour aller plus loin.

 

NASSIM AMISSE

Très bien, je reste dans mes questions un peu indiscrètes, aujourd’hui tu arrives à vivre de ce site, en termes de revenus et en termes de source de revenus que peux-tu nous dire ? Quel est le business model derrière ?

 

RUDY VIARD

On va dire que 5 % c’est la publicité que j’ai quasiment éradiquée du site même s’il en reste quand même à certains endroits.

Peut-être que 3 ou 4 pour cent de mes revenus sont générés par l’affiliation.

Je fais également de la vente d’ebooks mais pas dans une optique de revenus que je le fais, mais plutôt dans une optique de qualification.

Cela ne représente que 5 à 10% de mes revenus mais lorsqu’un prospect achète un ebook, il est nécessairement beaucoup plus engagé et pour une somme accessible peut se rendre compte par lui-même de la qualité de mes conseils et pourquoi pas, une fois rassuré, demander une prestation de coaching.

Et puis l’essentiel de mes revenus c’est les prestations de conseil d’une durée de 1 à 6 mois et jusqu’à 12 mois pour certains clients. Dans ce dernier cas, on va essayer de répliquer mes stratégies qui, comme tu l’imagines ce ne sont pas juste basées sur de la publication de contenus.

C’est un ensemble de briques qui s’emboîtent pour faire un système qui va attirer les gens. Petit à petit on va les intéresser puis les guider jusqu’à la vente. On va les amener à se poser les bonnes questions pour qu’il y ait ces petites pépites d’or à la fin de prospects vraiment intéressés pour reproduire mes stratégies et s’investir pour attirer des clients dans leur secteur.

 

NASSIM AMISSE

Donc tu es ce que l’on peut appeler un consultant, on fantasme beaucoup sur la vie des consultants. À quoi ressemble la tienne ? En termes d’heure de travail, de quotidien, de routine, qu’est-ce que tu arrives à faire ou à ne pas faire ? 

 

RUDY VIARD

La mienne elle est assez spécifique, parce que moi j’ai bossé en agence. J’ai connu les présentations de PowerPoint de 50 pages. J’ai connu les propositions et les briefs qui n’aboutissent pas. Le fait d’être au four et au moulin avec les clients actuels, plus ceux qu’il faut dénicher.

En fait, je ne voulais pas vraiment faire cela, je ne suis vraiment pas quelqu’un « de réseau ». J’aime faire mes petites expérimentations à la maison.

Donc ma journée type elle ne va pas être du tout dans le réseautage. Pour ma journée type, je vais passer 30 pour cent de mon temps avec mes clients et puis ensuite 70 pour cent, ça va être de mettre en place mes systèmes.

C’est à dire créer un contenu, ajouter une brique supplémentaire dans mon tunnel de vente, tester quelque chose de nouveau qui va autant me servir comme source d’inspiration pour un nouveau contenu (qui présentera le résultat de mon expérience) qu’un moyen d’améliorer mon système actuel. C’est donc plus de la recherche et de l’expérimentation on va dire.

 

NASSIM AMISSE

Donc tu as pas mal de flexibilité en termes d’heure de travail…

 

RUDY VIARD

Oui habituellement je commence à 9 h, mais aujourd’hui j’ai commencé à 10 h 30. En fin de journée, j’essaye de me limiter, de finir à 18h ou 19h.

Je veux consacrer le maximum de mon temps au développement de mon activité, c’est en fonction de ma motivation. Il est vrai que je peux me contenter de mes clients et puis travailler deux jours ou deux jours et demi par semaine.

Mais je ne me vois pas faire cela, moi j’ai envie de maintenir mon activité et puis de grossir, et pour cela il faut développer de nouveaux contenus, de nouvelles stratégies et faire de nouvelles expérimentations pour rester à jour.

 

NASSIM AMISSE

On voit vraiment que tu y prends énormément de plaisir. Autre question, ultra indiscrète. Quand tu trouves du temps libre, tu fais quoi ? Allez, apprends-nous quelque chose que personne ne sait de toi sur le web ? 

 

RUDY VIARD

Je passe mon temps en famille avec ma compagne, après comme tout un chacun, moi j’habite à bordeaux donc je profite de la région les week-ends pour sortir, donc rien d’original.

 

NASSIM AMISSE

Les plaisirs de la vie sont souvent dans les choses simples… Maintenant, si tu es d’accord, on va passer à quelques questions très spécifiques et très techniques. Je t’explique, généralement les personnes qui me suivent et qui me lisent ont pour projet de lancer un site web. Et il arrive que les résultats ne soient pas toujours là. Je sais qu’on pourrait parler, pendant des heures, de trafic, de conversion et de vente. D’ailleurs avec cet article il y aura les liens vers tes articles clés et vers ton site pour les personnes qui ont envie de voir de plus près ce que tu es et ce que tu conseilles. Mais pour la discussion du jour, je voulais savoir quelle serait la stratégie que tu conseillerais en premier aux personnes qui souhaitent se lancer ?

 

RUDY VIARD

Il n’y a malheureusement pas qu’une seule réponse, mais très clairement ce ne serait pas les réseaux sociaux, à moins d’avoir un lifestyle qui permet vraiment de générer les réactions nécessaires pour percer sur les réseaux sociaux.

Je m’explique : je travaille actuellement avec quelqu’un qui est dans le fitness, il a 50 000 abonnés sur Instagram. Ce n’est déjà pas mal. C’est même beaucoup, mais ce n’est pas non plus 1 million.

Mais il n’empêche qu’il arrive à tirer un revenu plus que confortable de l’ordre de 15 000 à 20 000 euros par mois. Il a cependant cette spécificité que sa vie est intéressante en soi donc sur des niches de lifestyle, fooding, fitness et voyages, donc tout domaine qui est ultra visuel et qui fait rêver on peut vraiment partager un style de vie.

Pour le coup, les réseaux sociaux peuvent être une bonne approche.

L’approche est différente pour tous les autres domaines qui vendent plutôt un savoir-faire. Les réseaux sociaux représentent un plus certes, mais même si tu partages un tas de connaissance tu ne vas pas faire 100 000 vues sur YouTube.

Il y a bien quelques personnes qui réussissent à percer par-ci par-là. Mais c’est parce qu’ils ont un contenu exceptionnel avec une mise en forme exceptionnelle aussi.

Donc moi ce que je donnerais plutôt comme conseil pour ceux qui se lancent, s’ils débutent ça va être d’avoir plutôt une stratégie de contenus et de miser plutôt sur le trafic gratuit.

Cette stratégie a comme défaut de prendre beaucoup de temps à cause de la concurrence. Même quand le travail est bien fait, ça va quand même prendre du temps pour grossir, entre cinq et six mois pour avoir des contenus « stars » qui vont générer entre 300 et 500 pages vues sur votre site.

Évidemment, cela ne se fera pas en deux semaines. Donc si on débute et qu’on n’a pas de technicité en Webmarketing moi je dirais plutôt partir sur les contenus et de n’envisager les leviers payants (Facebook Ads / Google Adwords) qu’une fois que l’on acquiert une certaine expérience. Quand on est formé à tout ce qui est technique de conversions et technique de tunnels de vente, à ce moment-là, partir sur du trafic payant devient pertinent.

Le trafic payant est rapide et immédiat, mais le problème c’est que si tu mets 1000 euros sur Facebook Adwords ou autres, il faut derrière que tu arrives à en tirer 2000. Et le problème de ceux qui se lancent, c’est qu’ils en mettent 1000, mais n’arrivent à en tirer que 200 euros.

 

NASSIM AMISSE

C’est très juste, il y a des choses à construire avant de passer à la partie payante. Donc le point de départ pour ceux qui n’ont pas un Lifestyle qui leur permettrait de miser sur les réseaux sociaux, ce serait de miser sur le contenu dès le départ, ai-je bien résumé ?

 

RUDY VIARD

Oui, tout à fait.

 

NASSIM AMISSE

Autre question, cette fois du côté des stratégies de conversion. Pour obtenir des abonnés à une newsletter, qu’est-ce que tu aurais à conseiller ?

 

RUDY VIARD

Il y a plusieurs façons de s’y prendre, si tu es sur du trafic payant, tu ne vas pas agir pareil que si tu es sur du trafic gratuit.

Donc globalement sur du trafic payant c’est assez connu, c’est les pages de collecte d’e-mail en offrant un bonus. Comme ce sont des gens qui constituent généralement du trafic froid, tu cibles des personnes sur Facebook qui ne te connaissent pas forcément.

Tu vas leur proposer quelque chose de simple par rapport à la problématique, exemple : « trois moyens simples de faire du trafic », parce qu’ils ne sont pas encore prêts à lire le livre blanc sur l’optimisation technique du référencement, c’est trop compliqué, donc tu les pointes vers une page de collecte d’e-mails, et tu prends leurs e-mails pour les faire entrer dans ton tunnel de vente.

Maintenant si tu es sur du trafic gratuit (Google, réseaux sociaux et éventuellement « guest posts »), tu vas plutôt les amener sur un contenu.

Si tu ne fais pas ça, il n’y a d’ailleurs aucune raison pour lesquelles Google te placerais premiers dans son index ou Facebook pour te faire apparaître dans le fil d’actualité.

Là tu vas proposer différents moyens, il y a ce qu’on appelle les « contents upgrades », ce sont les contenus complémentaires qu’on peut télécharger sur un article.

Tu fais un article par exemple sur « comment être en bonne santé en 2018 », en mettant en bonus par exemple « les trois habitudes santé que j’utilise personnellement chaque matin ».

Il faut bien sûr mettre son e-mail pour avoir ce petit bonus. Sinon il y a la méthode classique par exemple les popups qui vont apparaîtra à des moments-clé sur le site pour collecter les mails.

 

NASSIM AMISSE

Je note, parce qu’en même temps je suis en train de me demander si j’applique convenablement ces conseils sur mon propre site, et pour l’instant ça va. Maintenant, en termes de vente, c’est à dire lorsqu’il s’agit de convertir un abonné en prise de contact. Quels sont tes conseils ?

 

RUDY VIARD

J’ai une technique différente des autres. Je ne cherche pas la prise de contact à tout prix. Parce que c’est un choix de vie, j’ai décidé d’être tout seul.

J’aurais pu créer une agence autour des leads que je reçois chaque semaine. Je le ferai sans doute un jour mais je n’ai pas encore envie d’avoir des employés et de gérer plein de projets avec une équipe.

Typiquement, si quelqu’un me demande un site Internet, je ne peux pas le faire, s’il me demande de faire des contenus vidéo ou texte, je ne le ferais pas non plus. Moi je suis vraiment dans le coaching et la formation.

Donc j’ai besoin de gens qui soient très chauds par rapport à moi. C’est-à-dire des gens qui ont déjà eu beaucoup de points de contact avec mes contenus, mes publicités, mes e-mails et mes notifications.

De cette manière lorsqu’ils arrivent en entretien commercial avec moi, il ne reste plus qu’à savoir si on se lance concrètement.

En revanche, je refuse le plus souvent tout ce qui est recommandation venant d’autres personnes, je sais qu’ils ne me connaissent pas suffisamment et qu’ils vont tirer mes prix vers le bas ou me faire perdre mon temps.

En bref, j’ai envie qu’ils suivent mon tunnel de vente. Qu’ils se disent c’est intéressant, je vais le contacter car j’ai envie de passer à l’action.

 

NASSIM AMISSE

C’est quand même la grande classe de se faire désirer ou d’avoir beaucoup de contacts et beaucoup d’entretiens commerciaux. Je résume, c’est-à-dire tout ce que tu fais via ton site, tes contenus de qualité, tes ebooks, etc. C’est ce qui te permet de susciter le désir sans avoir à aller chercher les clients, c’est bien cela ?

 

RUDY VIARD

C’est exactement cela, moi j’ai une amie qui fait un chiffre d’affaires énorme en relation de presse, mais elle a complètement un autre modèle, pour le coup elle est plus dans le copinage, le réseau, le bouche-à-oreille…

Donc il n’y a pas de voie royale, c’est à toi de construire ce qui te ressemble le plus.

 

NASSIM AMISSE

Tu vois, ça c’est un message ultra important, parce que quand on traîne sur le web, quand on veut vivre de son blog ou avoir des revenues en plus grâce à son blog, on tombe souvent sur des schémas classiques. Alors que le web c’est tellement plus vaste, il y a plein de business modèles qui peuvent cohabiter avec des résultats fantastiques à la clé.

 

RUDY VIARD

C’est hyper déroutant au début quand tu te lances, parce qu’il y a plein de choses. Moi-même je suis passé par ces phases de questionnement et de doutes.

Quand on lit tout ce qu’il y a sur Internet notamment sur les tunnels de vente, on peut trouver beaucoup de technique concernant les tunnels de vente.

Un coup c’est les webinaires, un coup c’est les que les vidéos. On se sent tout de suite perdu. Il y a plusieurs choses qui biaisent la perception qu’on peut avoir des conseils sur Internet.

D’une part, si tu vois ces conseils sur Internet, c’est qu’ils sont en voie d’être périmés, sinon il ne serait pas sur Internet. S’il y a un gars qui te dit moi j’ai fait un million avec ça ou ça, il faut savoir que le mec est déjà passé à autre chose.

D’autre part, il y a plusieurs personnages qui s’expriment sur Internet, tu as d’abord le petit blogueur qui se lance et qui n’a aucun résultat et qui va te dire comment faire.

Ensuite, le gourou qui va te dire tout ce que tu as appris ça ne veut plus rien dire. C’est fini. Celui-là il veut te transformer le cerveau pour te vendre sa tambouille. Il va te dire que le blogging c’est mort, que le référencement c’est mort, maintenant il y a les chatbots ou n’importe quel nouvel outil qu’il souhaite vendre. Généralement c’est assez bien ficelé.

Viennent ensuite les agences. Il y en a plein qui font de l’inbound marketing. Donc elles te disent ce qu’il faudrait faire pour réussir sur Internet. Sauf qu’elles ne te disent pas qu’elles ont 15 commerciaux en interne et un site qui plafonne sous les 5000 visiteurs par mois. Je sais d’expérience que la grande majorité ne trouvent pas leurs clients grâce à Internet. Je ne te parle pas de toutes les agences, bien sûr.

Enfin, dernière catégorie : les experts. Ils sont bien meilleurs que tous ceux qui s’expriment sur Internet mais ne vont jamais détailler exactement ce qu’ils font dans leur blog (ils en gardent sous la semelle voire sont en sous-marin) parce qu’ils sont en train de cartonner et ne vont pas t’expliquer concrètement ce qui marche pour eux. Forcément.

Conséquence de cela : le débutant va naviguer entre ces différentes stratégies et finalement n’aura pas de focus clair parce qu’il va louvoyer et douter.

Il n’y a pas qu’un chemin pour y arriver. En revanche, vous devez être clairs dans votre stratégie jusqu’à créer une machine bien huilée capable de ramener de manière régulière x clients par semaine.

 

NASSIM AMISSE

C’est bien noté, il y a beaucoup d’acteurs sur le web. Mais généralement, qui est-ce que tu aimes bien suivre ou quel blogger aujourd’hui donne beaucoup de conseils pertinents ?

 

RUDY VIARD

J’ai énormément appris avec Neil Patel. Si on débute, c’est une bible. Il fait tellement de contenus sur son site. Mais c’est plus pour les débutants, si on monte en compétences, peut-être qu’il y a d’autres sites plus adaptés.

Pour les blogueurs purs, en France il y a conseilsmarketing.com de Frederic Canevet. Un site plutôt généraliste qui aborde plein de sujets de manière détaillée.

Je peux également citer :

Il faut se former pour sortir de la masse et comprendre ce qu’il y a en face en termes de contenus et de stratégie.

 

NASSIM AMISSE

Avec le gros succès viennent forcément les grosses bourdes, n’est-ce pas ? Quel est le moment où tu t’es vraiment sentie fière de toi et quel est le moment où tu t’es dit « zut, j’ai foiré complètement le truc que je voulais faire » ?

 

RUDY VIARD

Mon plus gros succès, lorsque j’ai commencé mon expérience, c’était lorsque j’ai commencé à mettre un peu de pub. J’étais content. Ça me faisait un petit revenu complémentaire, mais la croissance n’était pas super intéressante.

À un moment je me suis dit qu’il y avait un truc qui n’allait pas, que je ne pouvais pas attendre 4 ans pour avoir un véritable revenu.

J’ai donc pris la décision de faire de mon blog un moyen de recruter des clients pour des prestations de conseil. J’ai entièrement réécrit ma stratégie en conséquence.

Donc ma plus grande fierté, c’est quand j’ai signé mon premier client en tant comme coach grâce à mon site car c’était un énorme pari pour moi.

Ma plus grosse bourde, je ne sais pas si ça compte, mais j’ai effacé malencontreusement ma base de données. J’ai par le coup perdu la moitié de mes adresses e-mail. Mais bon ce n’est pas grave, on avance.

 

NASSIM AMISSE

Parmi les outils que tu utilises, quel serait celui que tu garderais sur ton ordinateur si devais tout effacer et n’en garder qu’un seul ?

 

RUDY VIARD

Sur mon site, j’utilise « Sumo », « Activecampaign » et « Leadpages »

Trois outils indispensables.

 

NASSIM AMISSE

De toute façon j’avais vu sur ton site que tu suggéré plusieurs outils.

RUDY VIARD

En effet, j’ai actualisé la liste il y a 3 ou 4 jours de cela.

 

NASSIM AMISSE

Très bien ceux qui nous écoutent auront la version actualisée de tes ressources.

 

RUDY VIARD

Ils pourront retrouver ma principale méthode pour construire un système comme le mien on regardant la vidéo que j’ai publiée à ce sujet, et puis aussi on s’abonnant à ma newsletter.

NASSIM AMISSE

C’est la vidéo de 20mn ? Elle est, en effet, très intéressante.

Dernière question, t’as une personne en face de toi qui veut se lancer et réussir sur le Web, elle est un peu perdue et elle doute un peu. Quel serait ton meilleur conseil pour cette personne ?

 

RUDY VIARD

En premier, je lui demanderais de définir pour elle ce que c’est « réussir ». J’ai fait un article qui parle de réussir sur Internet, parce que réussir sur Internet peut avoir plusieurs sens.

Il peut s’agir d’avoir une activité qui cartonne ou un site qui lui permet de construire son image tout simplement. Est-ce que c’est pour elle de créer le nouveau Snapchat ? Est-ce que c’est de faire croître son entreprise ? Est-ce que c’est d’avoir un revenu complémentaire ?

Voilà, donc déjà définir l’objectif final, est-ce que c’est un objectif de vie qui est pertinent pour une personne.

Combien de temps elle peut y consacrer ? Est-ce que c’est 2 heures par jour ? Est-ce que c’est à temps partiel ou complet.

Une fois cela défini, déjà ça va lui permettre d’arrêter de louvoyer entre différentes stratégies pour faire le maximum de revenus sur cet objectif unique.

Après il y a ceux qui lâchent et qui ne tiennent pas et ceux qui avancent et qui apprennent de leurs erreurs. Généralement, ce sont ces derniers qui réussissent…

 

NASSIM AMISSE

Eh oui, il ne faut pas lâcher l’affaire…

 

RUDY VIARD

Il y a des gens malheureusement qui ont des sites qui tournent sur des plates-formes de blogs et qui n’ont même pas de nom de domaine, pas leurs serveurs avec un site au design très faible. Malheureusement, dans ces cas même si ce qu’ils racontent ou vendent est intéressant, ils ne décolleront jamais. Il faut que toutes les briques s’emboîtent correctement.

 

NASSIM AMISSE

Pour finir, je conseille à tout le monde d’aller voir cette histoire de briques et son fonctionnement directement sur ton site. C’était super sympathique et intéressant de discuter avec toi aujourd’hui, mille mercis de t’être rendu disponible.

Donc pour ceux qui nous écoutent, je pense qu’on a fait allusion à ton site à plusieurs reprises pendant cette discussion. Sincèrement ça mérite qu’on aille jeter un coup d’œil, ça mérite que l’on s’y abonne ! Tu souhaites rajouter quelque chose, Rudy ?

 

RUDY VIARD

Non, à moins que tu aies une question, mais sinon, moi, ça me va.

 

NASSIM AMISSE

Très bien, on gardera ça pour une autre fois ?

 

RUDY VIARD

Ça marche !

 

NASSIM AMISSE

Merci Rudy !

 

nassim
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply:

%d blogueurs aiment cette page :